La Liberation

LIBERATION de Valenciennes en Novembre 1918

Quelques pages, extraites de

Ce sont les dernières pages du Tome II, elles relatent la délivrance de Valenciennes par l'armée Canadienne le 2 Novembre 1918 (cliquez sur l'imagette, pour des fichiers d'environ un 250Ko)

 

 

 

 

 la_delivrancep660_661x.jpg (303362 octets) la_delivrancep662_663x.jpg (311379 octets) la_delivrancep664_665x.jpg (305159 octets)

la_delivrancep666_667x.jpg (283433 octets) la_delivrancep668_669x.jpg (307062 octets) la_delivrancep670_671x.jpg (301146 octets)

la_delivrancep672_672ax.jpg (239979 octets) la_delivrancep672b_673x.jpg (229409 octets) la_delivrancep674_675x.jpg (305816 octets)

la_delivrancep676_677x.jpg (313009 octets) la_delivrancep678_679x.jpg (169475 octets)

 

 

Jules Mousseron rendait compte à sa façon de l'arrivée des Canadiens à Denain

 

L' ARRIVÉE DES CANADIENS

 

Samedi, 19 octobre 1918.

Avec l'aimable autorisation de Mina Danesh pour la copie depuis son site

 

Nous passons, d' tout' la guerr', les momints les pus graves.
L' s obus rappliqu'nt su D'nain, nous logeons dins les caves.
Les cop's d' mine, au matin, sont v'nus nous dérinvier.
Ch' tot l'explosion des rout's qué les Boch's f'sot'nt sauter.
Nous r'montons un momint, el peuv' d'obus all' cesse:
Aussitôt, nous veyons les gamins bin à l' aisse
Qui s'amus'nt à juer au soldat su l' pavé,
Comm' si l' bombardémint n'arot point exité.
Mais l' canon arcomminche, in r'déquind cor pus vite.
Ch' n'est point gai d' folloir vivre au fond d'eun' cave humite.
In a biau essayer d' blaguer pou s' désinnuir:
L' heure ed la délivranç' vous forche à vous r'ceuillir.
Pis l's obus, réduisant les maisons in compote,
In s' démand' si bintôt cha n' s'ra point pou nous autres.

 

D'pus quéqu's jours, em' famille a d'jà cangé d' maison.
L's obus ont troé l' nôtr' comme un vieux patalon.
Deux voisin's eddins m' cave ont même été blessées.
Nous somm's dins eune aut' cave avec ces rescapées.
Au souv'nir dé ç' vénett', les femm's ont seul'mint peur
Et les plaint's des coissié's ardoub'tent leu frayeur.
A l' lueur del candelle in vot leu teint d' malate.
Chaqu' sécond', dins l' quartier, eun' marmite alle éclate.
In intind des maisons qui s'écroul'nt in mancheaux
Et cheull' dûss nous logeons s'ébranl' comme un vaisseau.
L's obus r'tourn'nt les gardins mieux qu'avec eune escoupe;
Ch' n'est vraimint pas l' momint d'aller cueiller eun' soupe!
L' dernièr' patroulle all'mand' pass' dins l'après-midi.
Nous n' verrons pus les Boch's et cha bous fait plaisi.
Ç' plaisi n' dur' point longtemps; les femm's r'prenn'nt leu tristesse.
L'énervemint d'attindr' pus qué l' danger les blesse.
In s' dit: "V'là cor un jour qui fil' dins l'inaction,
Sans apporter d' cang'mint à not' situation."
Là-d'sus, l' canalle ed guerre est maudite ed pus belle.
Mais tout d'un cop, eun' voix arriv' pa l' supéruelle.
Ch'est l' gamin du visin qui cri: "V'là les Inglais!"
In s'arluqu' comm' des fous, in n' sait pus chu qu'in fait.
Quate à quate in armonte et dins l' rue in ravette.
Queu bonheur! un Inglais est d,vant nous à cent mètes!
Il avanche à p'tits pas in s' garant, l' long d'un mur,
Car i prévot qu' les Boch's n' sont pas partis, pour sûr!
Il inscrit s'n arrivé' su m' démeur' démolie.
Pis, bienhéreux momint qu' nous r'verrons tout' la vie,
Les gins, sortant des cav's, intour'nt el' brav' soldat
Et l' imbrass'nt chacun s' tour in l' serrant dins les bras.
Ç' sauveur s' trouve assiégé par eun' foul' délirante.
Tout l' monde est fou d' bonheur, in brait, in rit, in cante;
Et nos yeux imblouis n' sé lass'nt point d'admirer
L'homm' qui courageus'mint nous fait r'vivre el premier.
D' nous vir si réjous, il est héreux li-même.
Ch'est un biau Canadien. Oh! comm' tout d' suite in l'aime!
Pour nous, martyrs des Boch's, ç' soldat-là, ch'est un dieu!
Tous cheux qui ont souffert nous comprindront au mieux.
D'aut's Inglais nous arriv'nt. Ç' cop-chi ch'est du délire!
Des gins usés d' misère ont r'trouvé leu sourire.
Des pauv's, à pein' vêtus d' mauvais's loqu's su leu piau,
A leu cambuse in ruine accroch'tent des drapeaux.
In un clin d'oeil, les ru's s' par'nt des couleurs françaises,
Voix d' vieillards et d'infants uniss'nt leu Marseillaise,
Et les visag's pâlis, meurtris pa les tourmints,
S'illumin'nt dins l'éclat d' l'heureus' fièvr' du momint.
Faudrot pouvoir écrir' ces chos's avec des larmes!
Jamais aucun souv'nir n'ara pour nous tant d' charmes!
Jamais rien n'égal'ra ces chers souv'nirs vécus.
Et dir' qué nous pinsot's qué l' joi' n'existot pus!
V'là toudis des soldats. D' tout coeur, in les acclame!

 

Ch'est des biaux Canadiens qu'eun' belle ardeur inflamme.
I nous dit'nt polimint qué nous somm's in danger,
Et dins les affreus's cav's, nous r'tournons nous mucher.
Les hardis Canadiens in avant s' précipitent.
Bientôt, au bout del vill', les mitrailleus's crépitent.
Hélas! combin d'ces brav's qué nous vénons d' chérir,
Pou rindr' la vie à d' autr's, au combat vont morir!
Aussi, nous arvénons à d' douloureus's pinsées.
D'ailleurs, bintôt, près d' nous, nos deux voisin's blessées
Tressaill'nt in gémissant, saisi's d'eun' nouvell' peur,
Car el bombardémint arprind avec fureur.
Les Boch's sav'nt qué l's Inglais ont occupé not' ville
Et fait'nt craquer sur nous leus shrapnells imbéciles.
Sans pitié pou l' civil, ces criminels All'mands
Lanç'nt aussi dins l' cité leus obus asphyxiants.
Ces bandits-là n'ont point d' pitié pour un centime,
Et d's innochints nombreux sont encor leus victimes.
Les maux du microb' boch' d'mand'nt eun' longu' guérison:
Eloigné d' cheull' sal' biête, in r'chot cor sin poison!
Soudain, au-d'sus del cave, y-a un grand r'mu'-ménache.
Ch'est cor eun' femm' blessé' qu'in nous ramène in bas:
Un morciau dé shrapnell vient d' li abîmer l' bras.
Nous li donnons nos soins. Mais... tous ces homm's qui bougent,
Qui vient'nt ed ram'ner l' femme, in dirot qu'i sont rouges!
Nous approchons l' candelle... Et ch'est rouge, in effet!
J' cros bin: nous avons là tros biaux soldats français!
I nous r'vett'nt, souriants d' bonheur. In les imbrasse.
Marronn's roug's, képis roug's, tout d' mêm' nous imbarrassent.
D'dûss qu'i d'vient'nt? D'dûss qu'i sort'nt, ces poilus mystérieux?
Ces Français s'amusant ed nous vir si curieux?
Infin, in nous apprind qu'ch'est trois prisonneirs d' guerre,
Evadés des Prussiens d'pus eun' sémaine intière.
El patron del maison les muchot à l'écart.
In vient d' les démucher. Ch'est trois fameux gaillards.
L' courageux citoyen qui-a tant risqué sa vie,
Sourit modestémint d' not' surpris' réjouie.
Ch'est l' comarat' Devloo, j' mets sin nom au grand jour.
Pus tard, dins nos souv'nirs, i-ara sûr'mint sin tour.

 

El canon canadien vient d' s'installer tout proche.
Il invo' sans tarder l's obus su l'armé' boche.
L' maison all' tranne incor, les vitr's volt'nt in éclats.
Les femm's sont r'pris's ed peur, mais les poilus sont là!
Joyeux comm' des pinchons s'évadant d' leu guéïole,
Ces Français délurés apport'nt el bonn' parole.
L' canon, cha les connot, i s'in moqu'nt un p'tit peu.
Et l' nuit s' passe in d' visant gaîmint au coin du feu.

 

Dimanche, 20 octobre.

 

Mais in va camousser dins l' cave, y-a pas à dire...
Et nous r'montons bin vit' sitôt qué l' jour vient luire.
In rest' dins l' ru' malgré l' consel des Canadiens.
L' mitrall' ket d' timps in temps, mais cha n' nous fait pus rien.
El biau ciel nous ranim' d' ses bienfaisant's leumières,
Quand hélas! nous veyons défiler des chivières
Transportant des blessés, pâl's et souffrant pour nous.
Pieus'mint, nous les plaignons. Des femmes s' mett'nt à g'noux.

 

D'nain est tout plein d'Inglais; i-in vient pa tout's les rues.
Des gracieux cavaleirs, in passant, nous saluent.
Ch'est des pus biaux soldats qué les Prussiens beutiers.
Beaucop s'accot'nt à nous et nous d'vis'nt volintiers.
Aux coins d' corons, civils et Canadiens s'approchent,
Et les femm's, obliant qu'in n' dot pus parler boche,
Dit'nt aux bons Canadiens qui s' gondolt'nt ed plaisir:
"Nich capout, nicht boumboum? La guerr' bintôt finir?"
Et ch'est des scèn's comiqu's! des rir's, des imbrassates!
In dirot qu' pus toudis in est des comarates!
L' caractèr' canadien s' marie au nôt' fin bin...
Mais i f'ra d'aut's mariach's après la guerr', sûr'mint!

 

Lundi, 21.

 

V'là core ed l'artill'rie. A grande cops, cha rapplique.
L's artilleurs sont superb's et les qu'vaux magnifiques.
Les cuivr's brill'nt comme ed l'or dins un rich' matériel;
Cha nous cang' des viés'ri's des Boch's-romanichels.

 

Des prisonniers all'mands r'pass'nt dins l' ru' chaqu' minute.
Dins D'nain, in vot les gins sortir ed leu cahute
Pou dir' tout leu mépris à ces trist's marmousets
Qui march'nt les yeux à tierr', parç' qu'i n'ont pas bin fait.

 

I ket par chi par là des shrapnells et des bombes,
Mais in s'y habitue, et pourtant un grand nombe
D'imprudents sont tués in s' prom'nant au déhors.
Au contact des guerriers, in jue avec la mort.

 

Mardi, 22.

 

Sans discontinuer, l'armée inglais' défile.
Les fanfar's indiablé's résonn'tent dins not' ville.
Nous somm's émerveillés ed vir tant d' régimints.
Les troupiers sont robust's et march'nt au pas crân'mint.
Des qu'vaux in plein' vigueur mèn'nt el bell' artill'rie.
Des tracteurs étinç'lants saqu'nt les pus gross' batt'ries,
Des mulets intrépit's trîn'nt des milliers d' caissons.
Les camions sont r'bourrés ed vivr's et d'munitions.
L' vu' d' tout cha, dins nos coeurs, met l' pus sincèr' confiance,
Et tout l' monde applaudit l'armée ami' d' la France.
Les Inglais, qu' nous vantons pou leus succès nombreux,
Nous répond'nt carrémint qu' les Poilus, ch' est cor mieux.
Spectaqu' nouviau pour nous! les musiqu's écossaisses
Lanc'nt ed leus cornémus's des sons pleins d'allégresse.
Les soldats qui les suit'nt march'nt si fiers et si biaux,
D'aut's musiqu's militair's anim'nt el foul' joyeusse.
In cant' la Marseillais', Sambre-et-Meuse avec eusses.
Des cris d'acclamation anim'nt ces biaux troupiers,
Et des jonn' fill's lieu-z'offr'nt des fleurs et des baisers.
El tonnerr' du canon à tout' volé' randoulle
Et mêle es voix puissante aux r'frains guerriers del foule.
O peuple! edpus quatre ans, t'as si dur'mint souffert!
Ch'est des cris d' liberté qu' té lanç' ainsi dins l'air.
Ch' est l' canchon d' délivranç' qu' té jett' dé t' pauv' carcasse.
T'es libre et t'as bésoin dé l' clamer dins l'espace.
Ah! cri' t'n arconnaissance aux soldats; car té sais
Qu' cheux-là qui t'ont fait libr' t' donn'ront aussi la Paix.
Cante ed joi', va, bon peupl', té v'là sorti d' l'abîme!
Té n' vivras pus jamais d' momint aussi sublime.
Les derniers sacrifiç's chass'nt les derniers tyrans.
Français, faisons honneur aux héros si vaillants!

 

Les Canadiens s' conduit'nt invers nous comm' des frères.
In sint qu' leus amitiés pou l' Français sont sincères.
I sont polis, affabl's, pleins d' générosité.
In peut dir' qu' ch'est les vrais soldats d' l'humanité.
Avec ces comarat's, la vie ardévient bonne.
In oubli' d'jà s' misère, in est dins un aut' monne.
Nous savons qu' tout's nos pein's n' nous quitt'ront point d' sitôt.
Mais nous somm's quitt's des Boch's, et ch'est tout ç' qu'i nous faut!

 

Novembre 1918.

 

Jules Mousseron, "Les Boches au Pays noir", 1920